K-ABC

Le Kaufman-Assessment Battery for Children (K-ABC) a pour objectif de tester le niveau intellectuel de l’enfant en tentant d’évaluer ses capacités de raisonnement indépendamment de ses connaissances préalables. Ce test applicable aux enfants de 2½ ans à 12½ ans, s’intéresse davantage aux fonctionnements des développements mentaux que les échelles de Wechsler.

Le test se divise en deux échelles. La première étudie les processus séquentiels et la deuxième, les processus simultanés.

Echelle des processus séquentiels du K-ABC

Mouvements des mains : l’enfant doit reproduire une séquence de gestes que lui aura montrée l’examinateur.

Mémoire immédiate des chiffres : l’enfant doit répéter une série de chiffres en respectant l’ordre de la séquence.

Suite de mots : l’enfant montre du doigt des profils d’objets dans l’ordre donné par l’examinateur. Pour les plus de 5 ans, une difficulté est rajoutée à l’exercice car l’enfant doit donner le nom des couleurs avant de désigner les objets.

Echelle des processus simultanés du K-ABC

Reconnaissance des formes : l’enfant complète mentalement un dessin inachevé et le nomme ou le décrit à l’examinateur.

Triangles : des triangles, bleus d’un côté et jaunes de l’autre, sont présentés à l’enfant qui les assemble pour reproduire un modèle.

Matrices analogiques : l’enfant parachève des matrices incomplètes avec des images.

Mémoire spatiale : l’enfant doit mémoriser la place occupée par des dessins disposés aléatoirement sur une page.

Séries de photos : l’enfant remet dans l’ordre chronologique des images qui forment une petite histoire.

La résolution des items par l’enfant testé n’est pas limitée par le temps.

Le K-ABC inclut une échelle non verbale destinée aux enfants qui ont un retard de langage ou sont malentendants, car le langage n’y est nécessaire que pour la compréhension des consignes et non pas pour l’expression des réponses. Cette batterie de tests comprend aussi une série d’épreuves dans laquelle l’examinateur donne ses consignes par gestes.

La corrélation entre les résultats des tests de l’échelle de Wechsler et ceux du K-ABC est plutôt bonne, sauf dans les cas de troubles d’apprentissage, où les performances sont généralement meilleures dans le K-ABC que dans le WISC-R par exemple.

Le K-ABC semblerait mieux à même que les autres tests, d’analyser les raisons d’échecs scolaires, en particulier lorsque ceux-ci sont inattendus ou que les enfants proviennent d’une minorité socioculturelle. Il permettrait de mieux percevoir où résident les difficultés de l’enfant et cela notamment dans les cas de troubles du spectre autistique et de dyslexie.