Apnées du sommeil

Le syndrome des apnées du sommeil se définit par une succession d’occlusions totales (apnées) et partielles (hypoapnées) du pharynx provoquant des interruptions de la respiration pendant le sommeil. Ce syndrome peut être un trouble associé possible du TDA/H ainsi que de toute difficulté d’apprentissage liée à un manque de concentration.

On distingue plusieurs types d’apnées:

Les apnées obstructives (SAOS) se caractérisent par un arrêt de la respiration, dû à l’obstruction du nez, de la bouche, du larynx ou du pharynx. Ce sont les apnées les plus fréquentes.

Les apnées centrales se traduisent par un arrêt de la commande respiratoire. Ce type d’apnées est assez rare.

Il existe également des apnées mixtes combinant des apnées centrales et des apnées obstructives.

Prévalence

Entre 1 et 3% des enfants souffrent d’apnées du sommeil. Elles sont souvent sous-diagnostiquées bien que le taux d’enfants atteints soit en augmentation. Cet accroissement du pourcentage des apnées chez les enfants serait lié à l’augmentation du nombre d’enfants en surpoids, l’obésité étant un facteur de risque important des apnées du sommeil.

Signes

Les apnées du sommeil peuvent avoir des conséquences importantes sur les apprentissages ainsi que sur la croissance. Il est indiqué de consulter un neuropédiatre à ce sujet lorsque l’enfant présente plusieurs des signes ou symptômes suivants et cela, bien qu’il dorme régulièrement en quantité suffisante :

Pendant la nuit

• ronflements ou respirations bruyantes
• pauses dans la respiration
• grincements de dents
• positions de sommeil inhabituelles
• sommeil agité
• syndrome des jambes sans repos
• transpiration abondante
• nombreux réveils nocturnes

Au réveil

• maux de tête
• bouche sèche
• grande fatigue, sommeil semblant peu réparateur

Au courant de la journée

• somnolence, tendance à s’endormir partout (en voiture, à l’école …)
• difficultés de concentration
• problèmes scolaires non identifiés
• hyperactivité
• troubles de l’humeur

Il faut être particulièrement vigilant aux risques d’apnées du sommeil si l’enfant présente un retard de croissance (la plus grande partie de l’hormone de croissance est produite au cours du sommeil), s’il est en surpoids (facteur de risque aggravant) ou s’il a été diagnostiqué TDA/H.

Cause

Chez les enfants, les apnées sont le plus souvent d’origine obstructive, dues à un gonflement des amygdales ou des végétations, une mâchoire trop étroite ou en retrait, un surpoids…

Les apnées centrales, quant à elles, peuvent avoir pour origine une affection neurologique, une maladie cardiaque ou la prise de certains remèdes (en particulier des médicaments forts contre la douleur). Elles sont nettement plus rares.

Que faire ?

Consulter un neurologue ou un neuropédiatre qui pourra recommander une polysomnographie, examen permettant de confirmer ou d’infirmer un syndrome d’apnées du sommeil (examen effectué le plus souvent à l’hôpital ou dans un laboratoire du sommeil).

Dans les cas de problème provenant des amygdales ou des végétations, l’option la plus courante et donnant de bons résultats, est de procéder à leur ablation.

Lorsque l’obstruction est due à un défaut de la mâchoire ou du palais, un orthodontiste peut proposer des appareils pour rectifier la situation.

Autrement, l’enfant peut se voir proposer un appareil de ventilation en pression positive continue (PPC) à utiliser la nuit dont le masque permet de garder les voies respiratoires ouvertes.