Sommeil

Pour leur bien-être, leur croissance et la mémorisation de leurs apprentissages, les enfants doivent bénéficier d’un sommeil régulier:

  • 10 à 11 heures par nuit pour un enfant de moins de 12 ans
  • 9  heures par nuit pour les adolescents.

Le sommeil est effectivement indispensable au développement et à la maturité cérébrale. Il permet notamment la mise en place de certains circuits neuronaux (par exemple, un animal privé de sommeil n’acquiert pas la vision). De même, le sommeil améliore la qualité des apprentissages en triant parmi les informations acquises au cours de la journée, celles qui valent la peine d’être gardées. Il débarrasse ainsi le cerveau de connexions inutiles. Un enfant peut d’ailleurs augmenter sa capacité de mémorisation de 30%, s’il apprend des données juste avant de dormir.

Le somgarçon qui a des problèmes de sommeilmeil renforce la mémorisation et contribue à la gestion des émotions: une donnée associée à une émotion négative sera mémorisée et expurgée de sa sensation désagréable au cours d’une nuit de sommeil. Il est essentiel à la consolidation des informations apprises pendant la journée.

Le sommeil assure des fonctions métaboliques et de développement en régulant la production de plusieurs hormones : hormone de croissance chez les enfants, cortisol, insuline, hormones de l’appétit (leptine, ghréline). (Source: Inserm)

A contrario, ne pas dormir assez ou avoir un sommeil de mauvaise qualité, a des conséquences négatives sur les apprentissages et peut également participer à un retard de croissance car l’hormone de croissance est principalement produite pendant la nuit.

Il existe un lien entre le déficit d’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H) et les troubles du sommeil. On ne sait pas encore de quelle façon ces pathologies sont associées, il n’en reste pas moins impératif, pour ces enfants encore plus que les autres, de respecter une hygiène de sommeil, soit :

  • dormir à heure fixe: un rythme de sommeil régulier est très important (y compris le week-end où les enfants devraient se coucher une heure plus tard au maximum que le reste de la semaine) ;
  • ne pas regarder d’écran avant de dormir. La production de la mélatonine, hormone qui favorise l’endormissement étant inhibée par la lumière , il faut éviter de regarder la télévision, jouer à des jeux vidéos ou travailler à l’ordinateur au moins une heure avant d’aller dormir;
  • ne pas faire d’exercice physique peu avant de se coucher ;
  • dormir dans un lieu sombre, frais (+/- 18°C) et silencieux.

Il faut savoir que jusqu’à 3% des enfants souffrent d’apnées du sommeil et qu’elles ne sont pas toujours diagnostiquées. Or, ces apnées peuvent avoir des conséquences importantes sur les apprentissages ainsi que sur la croissance.

Il est notamment indiqué de consulter un neuropédiatre à ce propos lorsque l’enfant:

  • présente un déficit d’attention
  • est sujet à des somnolences diurnes
  • est très fatigué malgré un sommeil régulier et suffisant
  • ronfle bruyamment.

Apnées du sommeil   Enurésie

Suggestions de livres