Signes d’alerte pour la dyspraxie

 

  • Maladresse : montre une grande maladresse dans tous ses gestes, connait des difficultés pour ouvrir tout contenant (Tupperware, paquet de chips, bouteille…) ou employer des ustensiles (couverts, outils, etc.).
  • Manque de coordination : peine à attraper un ballon, à attacher ses lacets, à ouvrir ou fermer une boutonnière ainsi qu’une fermeture éclair.
  • Faibles notions d’espace : se perd souvent, ne retrouve pas ses affaires.
  • Faibles notions de temps : a de la peine à se situer dans le temps ; ignore quel est le jour de la semaine ou quelle partie de la journée il est en train de vivre, ceci malgré les repères usuels tels que les repas ou les activités scolaires.
  • Difficultés d’apprentissage : ses apprentissages sont laborieux et lui demandent davantage d’efforts qu’aux autres enfants. La mastication, l’utilisation de ciseaux le nouage des lacets ou le simple fait d’apprendre à se moucher, tout est plus difficile et sera acquis plus tard que chez la moyenne des enfants.
  • Ecriture illisible : écrit des caractères de taille disproportionnée, superpose les lettres. La tenue du crayon est malhabile et son écriture s’en ressent.
  • Difficulté de recopiage : a une meilleure orthographe sous dictée qu’en copiant un texte. Ceci s’explique par la nécessité de coordonner l’œil et la main lorsque l’on recopie et de réajuster les repères spatiaux pour passer d’un support à un autre, facultés qui sont déficitaires chez le dyspraxique.
  • Hypersensibilité : semble avoir une sensibilité plus grande que les autres enfants aux sons, aux odeurs ainsi qu’au toucher.
  • Opposition au changement : préfère des activités familières parce que la nouveauté le stresse.
  • Production faible de dessins : évite ce type de tâche, conscient de la mauvaise qualité de ses productions.
  • Apprentissage laborieux de la lecture : du fait de sa difficulté à organiser et calibrer ses saccades oculaires, a de la peine à automatiser la lecture et ceci bien qu’il soit tout à fait à même de déchiffrer.
  • Grandes difficultés en mathématiques : a souvent des mauvais résultats en mathématiques. Ses difficultés sont notamment dues au fait que, lorsqu’il tente de compter visuellement des éléments, à ses yeux, le chiffre qu’il dénombre varie (il peut en voir 4 alors qu’il y en a 5 par exemple, et 5 ou 6 par la suite). Il a donc de la peine à percevoir qu’un nombre est une valeur stable. Ou aussi, lorsqu’il pose une addition en colonne, s’il en comprend pourtant le principe, il ne parvient pas à respecter le bon alignement. Dans des branches spécifiques telles que la géométrie, l’utilisation d’outils comme les équerres et les compas complique également la tâche à la personne dyspraxique.

Suggestions d'outils

Lacets élastiques

  • plus besoin de faire ses lacets
  • taille unique pour toutes les chaussures

Cahier de jeux 

cahier permettant d’intégrer la notion des différents cycles du temps (journée, semaine, année, saisons…)

Cahier avec lignes colorées de façon symbolique

marron: la terre, vert: l’herbe
bleu: le ciel et rouge le feu