WISC IV

Le WISC IV, applicable de l’âge de 7 ans 4 mois à 16 ans, est un test fréquemment utilisé pour calculer le quotient intellectuel d’un enfant.  Il remplace le WISC III depuis 2005 et se divise en 4 parties.

1) Indice de compréhension verbale du WISC IV

Cet indice mesure la formation de concepts verbaux. Il permet de se rendre compte si l’enfant est préparé, ou non, à l’enseignement scolaire. Les items sont présentés dans un ordre de difficulté croissante, et les réponses aux concepts abstraits valent davantage de points que les réponses plus concrètes.

Similitudes : on demande à l’enfant en quoi 23 séries de mots se ressemblent (exemple : une pomme et une banane sont deux fruits).

Vocabulaire : l’enfant doit donner la définition de 36 mots. 32 d’entre eux sont lus par l’examinateur et 4 sont illustrés. Exemple : Qu’est-ce qu’un chien ? La réponse un animal vaudra plus de points qu’une réponse du type il aboie.

Compréhension : on s’intéresse à « l’intelligence sociale » de l’enfant (21 items relatifs à la vie quotidienne ; exemple : Pourquoi va-t-on à l’école ?).

Connaissances : on tente d’évaluer les connaissances acquises (33 items).

Raisonnement verbal : l’enfant doit trouver et formuler les concepts communs qui s’en dégagent.

2) Indice de raisonnement perceptif du WISC IV

L’indice de raisonnement perceptif (IRP) prend en compte des épreuves de conceptualisation et de raisonnement.

Cubes : l’enfant testé doit reproduire des dessins en deux dimensions représentés sur des cartes avec des cubes rouges et blancs (14 items). Pour le premier item, seulement 4 cubes sont utilisés alors que 9 sont employés au cours du dernier. Ces exercices sont chronométrés, des points bonus sont octroyés lorsque les 6 derniers items, les plus difficiles, sont effectués dans un temps moindre que celui imparti.

Un bon score à ce sous-test permettrait d’exclure la déficience mentale (le cas inverse n’étant pas nécessairement vrai, une mauvaise perception visuelle à elle seule pourrait occasionner un résultat médiocre).

Concepts en image : l’enfant trie, parmi différentes images, celles qui ont des points communs (28 items).

Matrices : l’enfant doit sélectionner la partie manquante d’une matrice. Il s’agit d’une sorte de suite logique : il faut distinguer, parmi 5 choix possibles, l’image la plus adéquate à rajouter à une succession de figures.

Images à compléter : l’enfant a vingt secondes pour observer une image incomplète. Il doit ensuite indiquer l’élément manquant (38 items).

3) Indice de mémoire de travail du WISC IV

L’indice de mémoire de travail (IMT) étudie notamment le taux de concentration de l’enfant ainsi que sa capacité à retenir de nouvelles informations à court terme.

Séquence de chiffres : l’enfant doit répéter des chiffres en respectant le même ordre que celui donné par l’examinateur dans la première partie, tandis que dans la deuxième, il lui faut les restituer dans l’ordre inverse.

Séquence lettres et chiffres : l’examinateur lit des séquences de lettres et de chiffres (de 2 à 8) et l’enfant doit les restituer dans leur ordre originel : croissant pour les chiffres, alphabétique pour les lettres (10 items avec la possibilité de faire 3 essais pour chacun).

Arithmétique : l’enfant doit résoudre des exercices basés sur la vie quotidienne. Plus que les capacités en calcul mental, cette partie du test cherche à évaluer la compréhension de l’énoncé, la mémoire ainsi que la capacité de résolution des problèmes (34 items).

4) Indice de vitesse de traitementdu WISC IV

L’indice de vitesse de traitement (IVT) jauge la capacité d’attention, la rapidité d’interprétation ainsi que les aptitudes de l’enfant à mettre en séquences des informations visuelles.

Code : dans le code A destinés aux enfants de moins de 8 ans, l’examinateur montre des formes géométriques dans lesquels des traits ont été ajoutés. L’enfant testé devra reproduire ces mêmes traits sur des formes vides qui lui seront présentées. Et dans le code B pour les plus de 8 ans, le principe reste similaire mais l’exercice est plus difficile. Dans les deux cas, l’enfant est noté sur sa célérité à réussir un maximum d’items.

Repérage de symboles : la partie A, concerne les enfants de 6 et 7 ans qui doivent vérifier si un symbole donné se retrouve dans une série de 3 symboles (45 items). La partie B est destinée aux enfants de 8 ans et plus (60 items). Le principe reste le même, mais ce sont 2 symboles que les enfants doivent vérifier dans des séries composées de 5 symboles.

Annulation : dans la première partie, l’enfant biffe un maximum d’animaux dispersés au hasard parmi d’autres images en 45 secondes. Dans la deuxième section, l’exercice est identique, au détail près que les animaux sont alignés.